Retour aux actualités
Article suivant Article précédent

Un réseau de solidarité en Seine-Saint-Denis pour équiper les soignants

Info Covid-19

-

12/05/2020

Pour fournir des surblouses aux équipes soignantes des hôpitaux de Seine Saint-Denis Nord et des personnels de santé du département, alors en nombre insuffisant, Florence Cymbalista, PU-PH et les équipes de l’université Sorbonne Paris Nord ont impulsé un réseau de solidarité en Seine-Saint-Denis. Un réseau de solidarité qui s’est rapidement mis en place et illustré grâce à l’engagement et au dévouement sans faille de nombreux acteurs locaux, tous bénévoles, tous de la Seine Saint-Denis et de Paris.


La naissance du réseau "SurblouseAvicenne"


Le département de Seine Saint-Denis est particulièrement affecté par la crise sanitaire. Dès le début de mars 2020, il y a un afflux important de patients hospitalisés pour COVID-19. Les stocks de surblouses, nécessaires à la protection du personnel soignant, sont alors en nombre insuffisant. Si les masques FFP2, les plus filtrants, exigent une technologie complexe, les surblouses, elles, peuvent être fabriquées avec moins de contraintes.

C’est à l’initiative de Florence Cymbalista, PUPH, hôpital Avicenne – AH-HP. Hôpitaux universitaires Paris Seine Saint-Denis, membre de l’Unité Inserm SIMHEL, Université Sorbonne Paris Nord et des équipes de l’université Sorbonne Paris Nord qu’un réseau de solidarité s’est illustré sur tout le territoire de la Seine Saint-Denis et de Paris, rassemblant à la fois des professionnels du textile, des collectivités locales, des associations, et de nombreux autres acteurs, tous bénévoles.


Une chaîne d'acteurs du territoire impliqués dans un dispositif d'ampleur


En moins d’une semaine, des volontaires de Paris et du département de la Seine-Saint-Denis ont répondu présents. Il faut coordonner les propositions qui affluent très vite, et surblouseavicenne@gmail.com, un réseau d’aides et d’échanges est lancé et géré par Marie-Agnès Azuelos.

Monsieur Hai Ye, commerçant d’Aubervilliers, donne 800 m d’un très beau tissu blanc, parfaitement adapté, puis Monsieur Taieb de Bennytex et la société Ranitex, deux industriels du textile de Bobigny, offrent également du tissu permettant d’approcher les objectifs de fabrication.

France Bergeron s’occupe de la partie technique avec un réseau professionnel : un tutoriel de fabrication est créé ainsi qu’un patronage numérique.

Monsieur Nikos, de Droit Fil, coupe les centaines de mètres de rouleaux de tissu gracieusement.

L’atelier de prototypage de William Wong Success Style, accepte spontanément la confection d’un grand nombre de blouses en un temps record ainsi que l’équipe de l’Atelier Gasparine de Marion Nerguisian. D’autres professionnels du textile et des couturières amateures de 9 à 85 ans en confectionnent également, bénévolement là aussi, à partir de tissus collectés, donnés par Emmaus « Coup de main », ou récupérés chez les particuliers par des associations et des volontaires : ainsi, Fabrice Chavarot, le responsable de la sureté de l’université, fait de nombreux déplacements pour la livraison et ramassage des tissus, ainsi que des bénévoles comme Axel Cymbalista, ou Daniel Dubois.

Les collectivités locales ont largement répondu présentes, à l’instar de la Ville de Bobigny, de ses élus locaux et de ses équipes municipales qui ont fait don de 600 m de tissu, et qui ont mis à disposition leurs laveries pour le lavage des blouses avant livraison aux infrastructures hospitalières et de santé.

Le journal Le Parisien Seine-Saint-Denis a également contribué à ce réseau de solidarité en relayant dès la création du réseau l’appel aux dons et en permettant ainsi la collecte d’une grande quantité de tissu et la mobilisation de tous les bénévoles et professionnels.

Autant d’acteurs qui mettent en lumière la formidable solidarité qui s’opère sur notre territoire.


La Seine-Saint-Denis, un territoire d'empathie et de solidarité


Inventivité, réactivité, efficacité, sens de l’autre et de l’entraide ont rythmé le quotidien de ces bénévoles ces dernières semaines. Tous n’avaient qu’un seul objectif : venir en aide à nos personnels soignants, en leur apportant des surblouses, indispensables au bon fonctionnement de leurs activités. Une forme inédite d’économie solidaire qui prévaut sur notre territoire. 


Des structures approvisionnées en surblouses


Grâce à l’entraide et à la solidarité de ce formidable réseau SurblouseAvicenne, 800 surblouses en coton ont été produites à ce jour et livrées à l’hôpital Avicenne, à l’Hôpital René Muret, au département de médecine générale de l’université Sorbonne Paris Nord et aux chirurgiens-dentistes.

Autant d’infrastructures hospitalières et de santé qui ont pu bénéficier de l’engagement et de la mobilisation sans faille de ces bénévoles qui constituent une formidable chaîne de solidarité.


Remerciements à "SurblouseAvicenne", aux équipes de l'université Sorbonne Paris Nord et aux personnels soignants


Merci aux très nombreux acteurs impliqués dans ce projet, qui illustrent notre capacité collective à mettre en œuvre des grandes actions de solidarité au sein du territoire, et pour le territoire.

L’université Sorbonne Paris Nord, engagée sur son territoire et dans la lutte contre ce virus, salue et remercie chaleureusement l’ensemble des acteurs qui ont œuvré pour confectionner des surblouses pour venir en aide aux soignants.


L’université est solidaire avec son territoire. Nous sommes des acteurs de notre territoire non seulement à travers notre recherche d’excellence, nos formations, mais également notre implication locale. Il était naturel pour notre université de participer aux actions de solidarité envers notre personnel hospitalier et envers l’ensemble des habitants de notre département. Les liens se sont renforcés avec nos divers partenaires lors de ces actions, que ce soient la direction de l’hôpital Avicenne, le département de la Seine Saint Denis, les villes de Bobigny et de Villetaneuse, Stains et notre département de médecine générale. La formidable solidarité dont a fait preuve les habitants de la Seine-Saint-Denis, mais également de Paris et de l’Île-de-France, est un exemple pour tous. Il était fondamental pour l’université de participer à la protection de ses personnels et à la protection des habitants de son territoire, à savoir cette terre de solidarité et de belles synergies qu’est la Seine-Saint-Denis

déclare Anne Pellé, Vice-Présidente Commission Recherche, qui a été à l’initiative du projet avec Florence Cymbalista.

Elle remercie enfin tous les professionnels de santé et spécifiquement les personnels hospitalo-universitaires de l’UFR Santé, Médecine et Biologie Humaine et ses étudiants internes de médecine générale qui sont plus que jamais en première ligne dans ce combat mené contre le COVID-19. Elle salue l’hôpital Avicenne et son directeur, Alban Amselli, ainsi que Magali Perrissol, qui en lien avec Florence Cymbalista  ont trouvé des solutions rapides de lavage permettant la mise à disposition des surblouses au personnel. Elle rappelle le soutien sans relâche de l’université, de son président Jean-Pierre Astruc, et de ses équipes, notamment les services financiers qui ont répondu présents au vu de l’urgence de la situation, le service de sûreté et son responsable Fabrice Chavarot. Merci à l’ensemble des équipes soignantes qui ont notamment testé les surblouses et trouvé des solutions innovantes pour établir les nouveaux circuits d’entretiens, et qui font preuve d’une implication sans faille dans la lutte contre le COVID-19.

Dans ce département fortement impacté par la crise sanitaire, le réseau « SurblouseAvicenne » est un bel exemple de synergie pour surmonter, au bénéfice de tous, ce qui semblait en partie insurmontable.



45 vues Visites

J'aime

Commentaires0

Veuillez vous connecter pour lire ou ajouter un commentaire

Articles suggérés

Info Covid-19

Lancement d'une opération de dépistage mobile du Covid-19 pour les Franciliens

photo de profil d'un membre

Mélanie Foll

04 septembre

Carrière

Candidature par mail : comment sortir du lot ?

photo de profil d'un membre

Julie Bragato

27 octobre

Carrière

L’intégration des jeunes en temps de Covid-19 s’invente en marchant

photo de profil d'un membre

Julie Bragato

26 octobre