Retour aux actualités
Article suivant Article précédent

Recrutement : les compétences humaines sont-elles devenues plus importantes que les savoir-faire ?

Carrière

-

12/06/2020

Les compétences humaines, telles que l'empathie et l'esprit d'équipe, avaient déjà la cote auprès des recruteurs et DRH. La crise du confinement est en train de leur donner une place essentielle dans l'entreprise de demain.


François Dupuy, sociologue des organisations et auteur, notamment, de Lost in management, en est persuadé : il y aura un avant et un après coronavirus dans le monde du travail. Tant d'un point de vue organisationnel qu'humain. "On découvre qu'un grand nombre de salariés sont en mesure de travailler à distance, plus régulièrement et sur des tâches variées, explique-t-il. Cela modifie à la fois l'organisation et la demande des collaborateurs envers leur entreprise, où l'on a le plus souvent conservé un schéma de “command and control”, avec des hiérarchies prégnantes et une culture plus axée sur le process que sur le résultat. Avec les nouvelles formes de travail, les priorités vont s'inverser."

Et les compétences managériales demandées par les employeurs, radicalement évoluer, si l'on en croit le sociologue : "Les managers qui s'en sortent pendant cette crise sont ceux qui savent communiquer avec précision, se montrent rigoureux, prévisibles dans leurs réactions, qui sont empathiques, suscitent la confiance et la coopération…" Un gros coup d'accélérateur donc pour les soft skills ! Ces "compétences du XXIe siècle", non techniques, comme les avaient qualifiées dans les années 1990 Cisco, IBM et Microsoft, occupent le devant de la scène en cette période de télétravail généralisé.

Si employeurs, recruteurs et DRH semblaient déjà "prosoft" avant la crise – en mai 2019, une étude Cadremploi Michael Page indiquait ainsi que plus de 60% des recruteurs seraient prêts à faire une croix sur des compétences techniques, ou hard skills, pour privilégier des soft skills –, il semble désormais impossible de faire sans ces "nouvelles" compétences comportementales pour exercer le difficile métier de manager.

"Quand nous travaillons tous à distance, le grand défi devient la confiance, valide Louis Marty, tout frais diplômé d'HEC et responsable des affaires publiques de Doctolib depuis huit mois. Lui qui considérait encore récemment les compétences techniques comme décisives et les compétences "douces" comme subalternes, a revu en profondeur son jugement: "Aujourd'hui, je travaille sur les différentes manières de susciter la confiance, de l'accorder, de communiquer de façon authentique et saine et de permettre une plus grande autonomie de chacun dans son travail." Des soft skills à 100%!

"La particularité du moment tient à ce que nous sommes entrés, avec la digitalisation et l'intelligence artificielle, dans une phase de révolution technologique majeure, analyse Frédéric Guzy, directeur général d'Entreprise & Personnel. Les entreprises s'interrogent désormais sur la prégnance des compétences technologiques alors que ces dernières sont menacées d'obsolescence rapide." De fait, l'espérance de vie d'une compétence technique est passée d'une trentaine d'années dans les années 1970 à guère plus de… trois ans aujourd'hui, selon l'OCDE, voire dix-huit mois à peine dans l'informatique, et peut-être bientôt à un an et à six mois respectivement ! L'important n'est plus de détenir des connaissances mais de savoir en acquérir d'autres en permanence : être agile et savoir apprendre font désormais partie des compétences déterminantes.

"Les soft skills sont au centre de la capacité de réinvention d'une entreprise, estime Corinne Samama, coach de dirigeants et d'équipes. Dans un monde en changement permanent, la réactivité, l'agilité, la capacité à créer du lien sont très recherchées, alors que ces compétences pouvaient n'être qu'une cerise sur le gâteau il y a encore dix ans." Les projets de transformation qui se succèdent sans cesse risquent d'épuiser les collaborateurs qui, selon la coach, seront mieux armés s'ils parviennent à développer leurs soft skills.

Au sein des laboratoires Merck, qui ont embauché 380 personnes en France l'année dernière et chercheront cette année encore 250 nouveaux collaborateurs, notamment sur des postes de production, plus un seul recrutement sans une évaluation des compétences comportementales. "Tous les savoirs techniques matchent mais il reste un doute sur la personnalité ? On ne s'engage pas, confirme Eric Andrieu, le DRH du groupe. Dans notre référentiel de talents figurent des "cross-functional skills", en particulier la capacité à travailler en équipe, en management de projet, la communication et le self-management."

L'entreprise associe ses opérationnels au processus de recrutement et les forme à l'entretien, car "les managers ont une tendance naturelle à mettre en avant les prérequis techniques et à en faire l'enjeu principal du recrutement", précise le DRH. Le laboratoire a défini son besoin en soft skills il y a six ans, lorsqu'il a énoncé ses valeurs – courage, performance, respect, intégrité, transparence et responsabilité. Et, plus récemment, le pharmacien a fait le constat d'évolutions de carrière trop standardisées, centrées sur le critère trop exclusif de la qualification technique, revisitant le dilemme propre à la relation entre expertise et management qui agite tant d'entreprises.

A Cadremploi aussi, les compétences comportementales sont au cœur de la décision d'embauche. "Depuis longtemps, nous étions attentifs aux savoir-être de nos salariés, précise Lise Ferret, la DRH du spécialiste du recrutement. Les soft skills en sont un dérivé. Nos collaborateurs doivent d'une part savoir s'adapter et évoluer dans un environnement très changeant, d'autre part travailler sur un mode collaboratif et contribuer à des projets transdisciplinaires." Les candidats rencontrent plusieurs membres de leur future équipe et se voient proposer… des "escape games", ces jeux d'évasion qui font appel à l'intelligence collective et l'esprit d'équipe. "Par ce canal de recrutement, nous pouvons cibler des talents qui n'ont pas une expérience préalable dans notre domaine, poursuit la DRH. Nous identifions par exemple qui contribue, qui écoute, qui prend le lead."

Mais, si l'affaire est entendue pour les dirigeants et leurs DRH, la grande majorité des salariés reste à évangéliser, à en croire l'enquête réalisée en mars par OpinionWay pour Dropbox : 70% d'entre eux n'ont jamais entendu parler des soft skills, et 9% supplémentaires ne voient pas précisément ce que signifie l'expression ! Etre évalué sur d'autres critères que les compétences intellectuelles et techniques? Plus de la moitié envisagent la perspective comme motivante et bénéfique, mais près des deux tiers considèrent l'exercice comme "trop subjectif" et "imposant une pression supplémentaire".

Pourtant, moult collaborateurs ignorés dans leur boîte hier, parce que techniquement insuffisants, vont voir fleurir des opportunités de progression s'ils parviennent à mettre en avant leurs soft skills. Car en ces temps de bouleversement, toutes les cartes managériales sont rebattues, analyse François Dupuy : "Les situations de crise font toujours émerger dans les entreprises des personnalités que le fonctionnement bureaucratique empêchait jusqu'alors de s'exprimer pleinement." C'est le moment où jamais de travailler vos soft skills !

Etes-vous dans la team "4C"?

Créativité, esprit critique («critical thinking»), communication, coopération, seraient au cœur des compétences douces, d'après de nombreux chercheurs et les experts de l'OCDE. Autour de ce noyau, le second cercle serait dévolu au sens de l'initiative, au leadership, à l'autonomie et à l'empathie.

Source: Capital

88 vues Visites

J'aime

Commentaires0

Veuillez vous connecter pour lire ou ajouter un commentaire

Articles suggérés

Carrière

Candidature par mail : comment sortir du lot ?

photo de profil d'un membre

Julie Bragato

27 octobre

Carrière

L’intégration des jeunes en temps de Covid-19 s’invente en marchant

photo de profil d'un membre

Julie Bragato

26 octobre

Carrière

Freelance : les 5 indispensables pour se lancer

photo de profil d'un membre

Julie Bragato

21 octobre