Retour aux actualités
Article suivant Article précédent

Gérer les premiers jours dans un nouveau job et bien s’intégrer

Carrière

-

25/06/2020

C’est votre première rentrée professionnelle et l’excitation se mêle à l’anxiété ? Rien de plus normal ! Pour réussir au mieux ce rendez-vous en terre inconnue, suivez le guide.

1 - Jouez-la profil bas

On vous a accueilli, présenté à vos futurs collègues, montré votre bureau, et vous voilà fin prêt à endosser votre rôle de salarié débutant. Auréolé de votre prestigieux diplôme et gonflé à bloc, vous avez même déjà quelques idées pour booster la politique marketing de l’entreprise. Stop !

"Evitez de vouloir tout révolutionner dès les premiers jours, prévient Laurence Trapu, consultante à l’Apec. Soyez humble, prenez d’abord le temps d’observer votre environnement de travail. Identifiez les différents interlocuteurs, leurs responsabilités, leurs expertises. Familiarisez-vous avec les codes de l’entreprise. Vous aurez toujours le temps d’être force de propositions par la suite."

Julien, 28 ans, ingénieur qualité dans un groupe agroalimentaire se souvient : "Je n’étais pas très à l’aise au début. J’hésitais à poser des questions de peur de déranger. Tout le monde avait l’air d’avoir le nez dans le guidon sauf… devant la machine à café ! C’est là en discutant de façon très informelle que j’ai pu repérer qui faisait quoi, avec qui et avoir une vision plus globale de l’entreprise."

2 - Clarifiez ce qu’on attend de vous

L’employeur vous a déjà plus ou moins expliqué le périmètre de votre mission lors de votre entretien d’embauche. Il est peut-être temps de connaître avec précision votre feuille de route, les objectifs à atteindre, dans quels délais, bref ce que l’on attend exactement de vous.

"Pour être au clair, sollicitez un rendez-vous avec votre manager, conseille Séverine Galeas, consultante à l’Apec. Cela peut être un quart d’heure avec quelques questions-clés que vous aurez listées au préalable. Puis faites régulièrement des points d’étape, recueillez son feedback pour être sûr que vous êtes sur le bon chemin."

3 - Passez à l’action

Vous avez observé, écouté, compris la culture de l’entreprise, trouvé vos marques et mesuré ce que l’on attend de vous. Il est alors temps de faire vos preuves et d’être force de propositions.

"Souvent, les jeunes diplômés se censurent, ils ont peur de faire des vagues, ils se mettent la pression, ils ont peu confiance en eux. C’est dommage, car ils ont de véritables atouts, ils viennent avec un œil neuf, une expérience acquise pendant leurs stages" affirment les deux consultantes de l’Apec. Osez donc faire quelques suggestions mais sans tomber dans l’arrogance.

4 - Et si ça se passe mal ?

Vous sentez une incompatibilité d’humeur avec votre n+1, vous avez du mal à trouver votre place dans l’entreprise… Sachez que vous pouvez rompre votre période d’essai, sans justification, tout comme votre manager d’ailleurs. "Avant d’en arriver à cette extrémité, discutez-en avec votre responsable hiérarchique, il y a peut-être des aménagements possibles sur votre poste. Et si vraiment vous ne trouvez pas de point d’entente, ne le prenez pas comme un échec. “Soit on gagne, soit on apprend, mais on ne perd jamais" concluent les deux consultantes de l’Apec.

Source : Les Echos Start

56 vues Visites

J'aime

Commentaires0

Veuillez vous connecter pour lire ou ajouter un commentaire

Articles suggérés

Carrière

Candidature par mail : comment sortir du lot ?

photo de profil d'un membre

Julie Bragato

27 octobre

Carrière

L’intégration des jeunes en temps de Covid-19 s’invente en marchant

photo de profil d'un membre

Julie Bragato

26 octobre

Carrière

Freelance : les 5 indispensables pour se lancer

photo de profil d'un membre

Julie Bragato

21 octobre